Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Pinklotusinindia

Pinklotusinindia

L'INDE,ma grande passion,tout ce qui la concerne,de près comme de loin,particulièrement le Bharatanatyam,danse sacrée du Tamil Nadu. Mon but: promouvoir la culture indienne et Ma devise:"Tout ce qui n'est pas donné, est perdu".Hasari PAL (Proverbe Indien).

CANNES 2015: CLIN D'OEIL INDIEN

L'Inde, c'est forcément Bollywood!!

 

© vincy thomas

 

Plus de 1500 films produits par an, toutes langues confondues, de l'Hindi au Tamoul. Mais le cinéma indien est beaucoup plus diversifié qu'on ne le croit et il a aussi ses auteurs. Évidemment, on pense immédiatement à Satyajit Ray, emblème mondial du 7e art du pays.

On oublie que le premier cinéaste indien a été sélectionné en 1946, dès la première véritable édition du Festival de Cannes Chetan Anand (La ville basse).

Dans les années 80, Mrinal Sen avec Affaire classée reçoit un Prix du jury et Mira Nair avec Salaam Bombay! est récompensée d'une Caméra d'or. Murali Nair obtient cette même Caméra d'or avec Le trône de la mort en 1999.

Cannes a toujours aimé le faste bollywoodien.

En 2002, avec Devdas, grosse production avec Shahrukh Khan au succès international. En 2013, la Croisette a célébré le centenaire de ce vénérable cinéma.

Et cet hiver, ce pays en mutation, qui a tant attiré les cinéastes occidentaux, de Renoir à Corneau, de James Bond à Slumdog Millionaire, a fait un triomphe historique à la comédie satirique teintée de science fiction PK, en battant les records nationaux du box office.

Avec une crédibilité croissante dans les festivals - du drame social au polar - et des comédies (musicales ou pas) de plus en plus prospères, le cinéma Indien (qui s'exporte aussi bien en Afrique qu'en Europe) a de beaux jours devant lui...

Cette année, fait rare, deux films indiens sont en sélection officielle, à Un certain regard: Chauthi Koot de Gurvinder Singh et Maasan, premier film de Neeraj Ghaywan.

"CHAUTHI KOOT"

"CHAUTHI KOOT"("La Quatrième Voie") est un film indien en punjabi écrit et réalisé par Gurvinder Singh, sorti en 2015. Dans le contexte des violences qui entourent l'assassinat d'Indira Gandhi  en 1984, le film suit la vie de gens ordinaires interprétés par des acteurs professionnels et non professionnels. La Quatrième Voie fait partie de la sélection Un certain regard du Festival de Cannes 20155.

Synopsis

PENJAB, 1984. Le film raconte deux histoires différentes : la première est celle de d'hindous qui tentent de rejoindre la ville d'Amritsar. Le dernier train de la journée est parti, mais ils essayent de monter dans un autre qui doit rejoindre la ville à vide. La seconde est celle d'une famille de fermiers qui possède un chien, Tommy. Comme Tommy aboie la nuit, il risque de faire repérer les indépendantistes qui circulent près de la ferme. La police vient fouiller cette ferme, avec violence, car à cause des aboiements elle pense que la famille aide les indépendantistes. Le fermier est poussé de part et d'autre à tuer son chien.

"MASAAN"

maasan.jpg

 

"MASSAAN"de Neeraj Ghaywan

Ce que l’on sait : Portraits de deux jeunes indiens, dont l’un appartient à la caste chargée de crémations au bord du fleuve.
Ce que nous dit le titre : Masaan signifie : crématorium. 
Qui ? Neeraj Ghaywan fait partie de cette nouvelle génération de cinéastes indiens qui filment en décors naturels les choses réelles de la rue, dont la mort. 
Où ? L’Inde des bords du Gange où les crémations et la mort s’affichent en toute normalité.
Formule clé : Que les morts reposent en paix.

 

(Source:ecrannoir.fr,wikipédia,cinema.arte.tv)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article